"The Bad-Tempered Synthesizer"

Lederman s'est fait plaisir. D'abord en parodiant le titre et la pochette d'un album de 1969 de Wendy (ex-Walter) Carlos, pionnière du synt...

Lederman s'est fait plaisir. D'abord en parodiant le titre et la pochette d'un album de 1969 de Wendy (ex-Walter) Carlos, pionnière du synthé. Ensuite, en composant onze instrus, chaque plage étant d'un demi-ton et de quatre bpm supérieurs à la suivante... Ce qui nous mène d'un premier morceau à 92 bpm à un dernier à 48. Coquetterie comme la pochette en 3D? Oui, un peu, bien que le wizard de l'électro-new wave belge ait aussi pensé aux auditeurs qui ne seraient pas intégralement fascinés par le procédé. En donnant une certaine densité, volontiers cinématographique, à des moments tels que F 64 bpm ou E 60 bpm, titres appropriés des compos...