"Cheap Dreams"

Jan Verstraeten ( lire son portrait page 4). Derrière ce nom courant et passe-partout (ça va du notaire au coureur cycliste retraité) se cache probablement ...

Jan Verstraeten ( lire son portrait page 4). Derrière ce nom courant et passe-partout (ça va du notaire au coureur cycliste retraité) se cache probablement le plus touchant singer-songwriter sur nos terres depuis le Bony King of Nowhere. Délicatement habillé (piano, violon, trombone, trompette...), mélancoliquement habité, Cheap Dreams a la douceur fragile et les arrangements soignés d'un Nick Drake, du jeune Sondre Lerche, d'un Kings of Convenience. Cinématographiques (ils sont la BO d'un road-movie qu'il compte réaliser), ces six morceaux sont bien plus magiques que le premier album de Tamino. La percée brésilienne ( Stalker) et les clips bricolés de ses premiers singles sont la porte d'entrée idéale pour des rêves qui n'ont rien de bon marché.