"Centaur Desire"

Groupe le plus excitant et sauvage du rock franco-italien (enfin un exemple réussi de construction européenne), J.C. Satàn traîne depuis quasiment dix ans s...

Groupe le plus excitant et sauvage du rock franco-italien (enfin un exemple réussi de construction européenne), J.C. Satàn traîne depuis quasiment dix ans son rire jubilatoire et son électricité machiavélique sur une scène garage souvent aussi chiante qu'un dimanche sans course à vélo. Au milieu de ces pseudo-Standells et de ces simili Seeds, Arthur, Paula et les autres ont mis la fièvre (pendant des heures) jusqu'à en faire péter le thermomètre. Centaur Desire réinvente la sainte trinité rock'n'roll ( Drink, Dope and Debauchery), convoite le trône laissé vaquant par des Queens of the Stone Age vieillissants ( I Won't Come Back, The Road) et semble adresser un clin d'oeil, avec No Brain No Shame, à son pote Ty Segall. Devil in a rock dress...