Certains pensent que les billets de banque en Europe seront un jour à l'effigie d'Adolf Hitler, que le Führer ne sera plus considéré comme un monstre dérangé unique en son genre mais bien comme comme un grand dirigeant européen. Ils sont persuadés aussi que les Blancs sont menacés d'extinction et se réunissent d'ailleurs pour préparer la guerre raciale. Depuis une dizaine d'années, un nouveau type d'extrême droite a vu le jour. Ses partisans se nomment eux-mêmes l'alt-right. Un mouvement venu des États-Unis qui, avec l'appui d'Internet et des réseaux sociaux, se répand dans le monde entier et s'organise par-delà les frontières. Micro sous le manteau, caméra cachée... Pendant un an, Patrik Hermansson, un étudiant suédois, a pris de gros risques et s'est infiltré dans la version anglaise de cette droite radicale peuplée par des ouvriers et des universitaires, des ultra-conservateurs et des néonazis. Le documentaire de Bosse Lindquist ressemble par moments davantage à un making of qu'à une immersion mais permet d'entrevoir l'ampleur de la menace. D'approcher ces gens qui essaient de rendre le racisme plus présentable, surfent sur l'élection de Donald Trump et, aux USA, rêvent de pendre des anti-fascistes à des lanternes. Terriblement effrayant.

© DR

Documentaire de Bosse Lindquist.

6