À sa sortie, ce film magnifique valut à son auteur, John Boorman, des reproches absurdes d'une partie de la presse et même de politiques. Comment osait-il montrer des enfants s'amuser durant le Blitz, les terribles bombardements allemands sur Londres au début de la Seconde Guerre mondiale? Comment pouvait-il filmer ces gamins se faire un terrain de jeu des ruines d'un quartier de banlieue martyrisé? Comment pouvait-on tolérer qu'on rie et qu'on s'amuse en pleine résistance patriotique? C'est bien ne rien comprendre à l'enfance, à la puissance de son imaginaire et à sa résilience, que faire pareil procès à un cinéaste qui nous dit simplement que la vie continue, que l'enfance et la jeunesse n'abdiquent pas leurs droits au rêve, même dans les pires circonstances! Boorman a puisé dans ses propres souvenirs (il est né en 1933) la matière de Hope And Glory. Le réalisateur de Délivrance et Excalibur en tire une merveille de film, à voir absolument.

Film de guerre de John Boorman. Avec Sebastian Rice Edwards, Geraldine Muir, Sarah Miles. 1987.

9