The Croods
...

The Croods DE KIRK DEMICCO ET CHRIS SANDERS. AVEC LES VOIX DE NICOLAS CAGE, EMMA STONE, CATHERINE KEENER. 1 H 35. DIST: FOX. 7 Epic DE CHRIS WEDGE. AVEC LES VOIX DE COLIN FARRELL, AMANDA SEYFRIED, CHRISTOPH WALTZ. 1 H 38. DIST: FOX. 6 Une préhistoire de fantaisie, à la faune et la flore peu communes, comme théâtre d'un bras de fer musclé entre tradition et modernité? C'est le pari gonflé de The Croods, dernier rejeton en date -Turbo sort dans les salles ce 23/10 (lire page 35)- de l'écurie DreamWorks Animation (Shrek, Madagascar, Kung Fu Panda...), distribuée par Fox. Soit l'histoire d'une famille préhistorique pas du genre commode ayant élevé la peur en véritable religion, recluse dans sa caverne dans un esprit de survie ne laissant place ni à la nouveauté ni à l'improvisation. Jusqu'à l'arrivée de l'improbable Guy, jeune type ingénieux et visionnaire clairement en avance sur une époque elle-même en pleine mutation, tremblements de terre et autres catastrophes naturelles annonçant la fin imminente d'un monde, et avec elle la nécessité d'évoluer... Intelligence versus force pure, cerveau versus muscles: le film tire un parti objectivement très drôle des confrontations qu'il aligne avec un joyeux sens du rythme. Bourré de gags et d'idées, émaillé de quelques séquences quasi anthologiques -voir cette intro euphorisante façon art rupestre-, ce divertissement familial prônant le grand saut dans l'inconnu plutôt que le ronron sécurisant d'une semi-existence n'évite certes pas l'écueil moralisateur, mais la leçon -il faut pouvoir marcher en dehors des clous et ne pas vivre dans la crainte- est belle, et la manière tout autant. A (re)découvrir en DVD, donc, lequel se fend de compléments ludiques mais un peu chiches. Estampillé Blue Sky (Ice Age, Rio...) mais lui aussi distribué par Fox, Epic s'aventure pour sa part au coeur du mystère buissonnant de la forêt, sur les pas de Mary Katherine, adolescente chagrine bientôt réduite à une taille lilliputienne à l'instigation des hommes-feuilles, peuplade miniature et évoluée dont dépend l'équilibre de tout un écosystème. Porté par une esthétique numérique par endroits plus que borderline, l'argument rappelle, forcément, celui présidant à la franchise Chérie, j'ai rétréci les gosses. Même si l'enjeu est ici ailleurs, le film se résumant peu ou prou à la bataille -entre la vie et la mort, la matière organique et la décomposition, le bien et le mal- que se livrent les forces cachées de la forêt. Pour un récit aussi binaire que linéaire, conté sans véritable génie, mais dispensant son message écolo et solidaire avec un certain peps. En bonus DVD, deux documents façon Jardin Extraordinaire s'amusent à multiplier les parallèles entre les personnages du film et les plantes, volatiles ou autres gastéropodes qui peuplent les forêts. NICOLAS CLÉMENT