V., 23 ans, se cherche. Fils oisif d'exilés vietnamiens installés confortablement au bord du lac Léman, baigné dans un doute existentiel, n'appartenant "ni à l'Est, ni à l'Ouest" et participant des deux à la fois, V. est un solitaire déraciné. Éloigné d...

V., 23 ans, se cherche. Fils oisif d'exilés vietnamiens installés confortablement au bord du lac Léman, baigné dans un doute existentiel, n'appartenant "ni à l'Est, ni à l'Ouest" et participant des deux à la fois, V. est un solitaire déraciné. Éloigné de sa patrie d'origine, il ne parvient pas à se mouler dans le costume d'un Helvète bien-pensant. Un jour, lors d'une visite au musée, une photographie capte son attention, celle d'une chanteuse vietnamienne extrêmement populaire qui a fait fondre les masses et ruiné les hommes. L'aura de mystère sulfureux qui se dégage du visage de la chanteuse crée chez V. un besoin de se rapprocher du Viêtnam pour mieux la cerner. Au cours d'une longue correspondance avec l'auteure du cliché, il apprend que l'icône décadente vit entourée de personnages tout aussi magnétiques qu'elle: une demi-soeur cloîtrée dans un château en Carinthie et une voisine, la maquisarde, qui incarne la révolutionnaire pure et dure... La fin du roman est superbe, lorsque l'auteure use du conditionnel, à la manière de Perec, pour raconter ce que V. ignore mais imagine de la vie de ces héroïnes fantomatiques. Un roman dans lequel les nuances de noir propres à Linda Lê s'illuminent.