L'adaptation par Damon Lindelof ( Lost, The Leftovers) du comics culte d'Alan Moore et Dave Gibbons ne garde que des ancrages ténus (mais essentiels) avec les pages éditées entre 1986 et 1987 chez DC et leur version ampoulée signée Zack Snyder au cinéma (2009). Le long des lignes de fractures et des anxiétés contemporaines, sur lesquelles des héros satirisés jouent aux funambules, Lindelof applique ses marottes (dystopie, mondes parallèles, parabole politique) et propose une fiction stylisée, rythmée (une bande-son alternant rap, soul et une BO grouillante signé...