Neneh Cherry n'est définitivement pas une star comme les autres. Fille d'un trompettiste aventureux (Don Cherry), mère d'une jeune nouvelle princesse r'n'b (Mabel), elle a toujours farouchement défendu ses libertés. Le genre d'artiste à la fois populaire et indépendante, aimée et respectée. Ces dernières années, elle les a ainsi passées à se réinventer dans des disques aux accointances jazz ( The Cherry Thing) ou électroniques ( Broken Politics), aussi audacieux qu'éloignés des canons pop du moment. Pour autant, jamais elle n'a snobé ses tubes estampillés nineties, reprenant par exemple régulièrement Buffalo Sta...

Neneh Cherry n'est définitivement pas une star comme les autres. Fille d'un trompettiste aventureux (Don Cherry), mère d'une jeune nouvelle princesse r'n'b (Mabel), elle a toujours farouchement défendu ses libertés. Le genre d'artiste à la fois populaire et indépendante, aimée et respectée. Ces dernières années, elle les a ainsi passées à se réinventer dans des disques aux accointances jazz ( The Cherry Thing) ou électroniques ( Broken Politics), aussi audacieux qu'éloignés des canons pop du moment. Pour autant, jamais elle n'a snobé ses tubes estampillés nineties, reprenant par exemple régulièrement Buffalo Stance sur scène. Aujourd'hui, 30 ans après la sortie du hit en question, le premier album de Neneh Cherry bénéficie d'une judicieuse réédition. Dire que le son de Raw Like Sushi n'a pas pris une ride serait mentir: les samples frénétiques, les boîtes à rythmes vintage, le phrasé rap... Aux oreilles d'un millenial, le disque sorti en juin 1989 sonnera forcément daté. Et pourtant, il n'a à peu près rien perdu de son énergie, de son allure, mieux de sa vitalité! Cela tient notamment aux mélanges inédits qu'il propose, à sa volonté de bousculer la pop de l'époque, mais surtout à la vista de sa maîtresse de cérémonie, aussi déterminée que joyeusement désinvolte. Au départ, il y a donc ce carton improbable, celui de Buffalo Stance. À la base, il repose sur le détournement d'une face B. Celle du single Looking Good Diving, une production Stock Aitken Waterman (du nom du trio qui a fait la pluie et le beau temps des charts britanniques pendant l'essentiel des années 80). Le titre synth-pop est signé du duo Morgan-McVey -dans lequel on retrouve Cameron McVey, futur partenaire de Cherry. Au verso du 45 tours, le morceau a droit à une relecture de la Wild Bunch, collectif de Bristol (dont sortiront Massive Attack et Tricky). Neneh Cherry y prend le micro pour se lancer dans ce qui, une fois passé dans les mains de Tim -Bomb the Bass- Simenon, deviendra enfin Buffalo Stance. Ce n'est évidemment pas la première fois qu'une fille se met à rapper. Avec Neneh Cherry, le geste intègre cependant le mainstream le plus large. Cette défiance par rapport aux formats existants, on la retrouve d'ailleurs dans l'ensemble de Raw Like Sushi, qui mélange jam hip-hop décousue ( So Here I Come), tube proto-trip hop ( Manchild), r'n'b choral ( Love Ghetto) et effusion pop à la Madonna ( Kisses on the Wind). Tout comme chez cette dernière, on retrouve d'ailleurs chez Neneh Cherry la même volonté de dicter les règles et de déjouer la place traditionnelle assignée aux femmes dans la pop. Comme quand elle vient chanter Buffalo Stance sur le plateau de Top of the Pops, enceinte de huit mois... En cela aussi, la réédition de Raw Like Sushi, agrémentée d'une vingtaine de remix (dont six rien que pour Buffalo Stance, avec entre autres ceux d'Arthur Baker et Kevin Saunderson), démontre que, 30 ans après sa sortie, son propos et son attitude s'accordent toujours particulièrement bien avec l'esprit de l'époque actuelle...