Les musées viennent de timidement rouvrir leurs portes sous nos tropiques. Mais leur obligation de rendez-vous limite sérieusement leur accessibilité. Si la perspective d'une visite virtuelle n'est franchement pas emballante (voir dé...

Les musées viennent de timidement rouvrir leurs portes sous nos tropiques. Mais leur obligation de rendez-vous limite sérieusement leur accessibilité. Si la perspective d'une visite virtuelle n'est franchement pas emballante (voir déprimante), le Rijksmuseum tire son épingle du jeu dans ce monde de culture à huis clos. L'institution hollandaise vient ainsi de publier en ligne une version en très (très) haute résolution de la Ronde de nuit de Rembrandt. Avec 44,8 milliards de pixels, cette définition permet une exploration impossible lors d'une visite sur place. On zoome et on dézoome ainsi sur ce tableau de quatre mètres de haut avec une étonnante fluidité pour tenter de percer le secret de la lumière. Pour se perdre aussi, dans ses coups de pinceau et ses craquelures. Ce scan qui a demandé un assemblage de 528 clichés et deux mois de travail illustre la politique digitale volontariste du Rijksmuseum. Bien avant le confinement, ce dernier figurait en effet parmi les premières institutions à embrasser sérieusement Google Arts & Culture, projet digitalisant les musées les plus importants du monde depuis 2011.