"One of the Best Yet"

Avant d'être un enjeu critique, le nouvel album de Gang Starr, groupe essentiel de "l'âge d'or du hip-hop", pose une question éthique: comment apprécier le disque d'un duo dont l'une des deux parties -le rappeur Guru-, est décédée en 2010? D'autant que, peu avant sa mort,...

Avant d'être un enjeu critique, le nouvel album de Gang Starr, groupe essentiel de "l'âge d'or du hip-hop", pose une question éthique: comment apprécier le disque d'un duo dont l'une des deux parties -le rappeur Guru-, est décédée en 2010? D'autant que, peu avant sa mort, se réveillant du coma dans lequel il était plongé, Guru aurait confié une lettre dans laquelle il prenait ses distances avec son ancien partenaire de jeu, DJ Premier. Entre-temps, l'authenticité de la missive a été largement contestée. Et DJ Premier a pu remettre la main sur une trentaine d'enregistrements de Guru. C'est sur cette base que s'est "construit" ce premier album de Gang Starr depuis 2003. Fidèle à l'esthétique boom bap qui a fait la grandeur du groupe, One of the Best Yet s'avère assez irrésistible dans son genre, enchaînant les morceaux courts, Premier prenant soin de ne pas trop tirer sur la corde d'un matériel forcément limité. En outre, le DJ-producteur a convié une série d'invités (Q-Tip, Talib Kweli, J. Cole, etc.) dont la crédibilité participe à valider un projet qu'il savait discutable. Aussi bancal soit-il, One of the Best Yet parvient ainsi à convaincre, sonnant moins comme une tentative opportuniste de relancer une "marque" que comme un dernier hommage à l'un des duos les plus influents de l'Histoire du hip-hop.