Ro Maron
...

Ro Maron DISTRIBUÉ PAR MUSIQUE POUR LA DANSE/NEWS. 7 A combien de vies a-t-on droit? Dans le cas de Rembert De Smet, ce n'est pas clair. Aujourd'hui, l'intéressé se partage entre un projet flamenco-latino-pop (Esta Loco) et un duo folk-cabaret humoristique (avec Peter Merckx)... Mais il n'en a pas toujours été ainsi. Au départ, le Gantois s'est fait connaître au sein de 2 Belgen. Sorte de réponse locale à la vague synth-pop anglaise, le groupe est né au début des années 80. Branché sur la nouvelle donne électronique, 2 Belgen (par lequel est passé également Alan Gevaert, bassiste actuel de dEUS...) signera plusieurs hits. Au bout d'un moment, De Smet se rendra tout de même compte que ceux qui écoutent ses tubes achètent rarement les albums: "Non, le circuit dance, c'est là que se trouve l'argent."De fait, c'est le remix d'un des premiers titres de 2 Belgen, Lena, qui constitue leur plus gros succès... Au bout d'un moment, l'intéressé se décidera donc à prendre le maquis: c'est planqué derrière ses machines, loin des plateaux télé, qu'il officiera désormais, s'arrimant à la vague EBM-new wave qui donnera bientôt naissance à la new beat. Il multipliera alors les pseudos, comme Agaric ou Ro Maron. C'est sous ce dernier alias que sort aujourd'hui une première rétrospective. Après le docu The Sound of Belgium ou la récente compilation Funky Chicken, voici donc une nouvelle leçon d'Histoire de la dance taillée en noir-jaune-rouge. A la fin des années 80, Ro Maron signe ainsi une série de productions pour des labels phares de la new beat comme Antler ou Kaos Dance. Le son est celui qui est né à l'Ancienne Belgique d'Anvers quelques mois plus tôt: un groove lent, sombre, et angoissé. Un peu comme une version gothique du mouvement acid house qui, au même moment, prend de plus en plus d'ampleur de l'autre côté de la Manche. Le mouvement vivra ses heures de gloire au mythique Boccaccio de Gand (dirigé par Dirk De Maesschalck, décédé le 12 janvier dernier). A l'époque, la demande est telle que les bidouilleurs produisent à la chaîne, sous des noms différents. De Smet/Ro Maron apparaît ainsi dans les crédits des disques de Kaos 007, SM, Alpha Beta... Il est à l'origine de classiques comme le Something Scary de Zsa Zsa La Boum: gimmick strident de la TB-303, vocaux féminins suggestifs, le mantra "acid" répété ad lib... Tous les ingrédients de base sont là. Double compilation généreuse, Collected n'oublie pas non plus l'Opus 303 de la formation Le Mystère, qui se rapproche d'une house plus ambient (voir aussi Sleepwalker). Trente ans plus tard, certains motifs peuvent forcément sonner datés. Ce qui n'empêche pas de continuer à leur trouver une étrange résonance. C'est par exemple le cas de l'angoissant Acid Drill, groove martial inquiétant qui avance sur fond de hurlements nazis. A l'époque, le morceau collait bien aux années de plomb, quand la Belgique devait faire face aux attentats des CCC et aux massacres des Tueurs du Brabant wallon. En réécoutant aujourd'hui le morceau, entre deux bulletins d'info, on se dit cependant que le track ferait encore une excellente BO du moment... LAURENT HOEBRECHTS