" Toujours la pluie et ce brouillard qui perdure. Depuis des siècles, tout n'est qu'oppression et torture. Nous nous devons de prendre en main notre destin. Pour fonder notre pays, quel douloureux chemin!" Freddy Lim hurle en faisant tourner sa crinière. Cheveux longs, bras tatoué, vis...

" Toujours la pluie et ce brouillard qui perdure. Depuis des siècles, tout n'est qu'oppression et torture. Nous nous devons de prendre en main notre destin. Pour fonder notre pays, quel douloureux chemin!" Freddy Lim hurle en faisant tourner sa crinière. Cheveux longs, bras tatoué, visage grimé... Lim n'est pas que le chanteur du groupe de rock extrême Chthonic, le métalleux le plus connu de Taïwan: il est aussi politicien et siège au Parlement. En 2015, désireux d'offrir un moyen d'expression à la jeunesse, l'alors quasi-quadragénaire fondait le New Power Party et se présentait l'année suivante aux élections législatives, misant sur sa popularité auprès des jeunes et sur des méthodes de merchandising modernes. Son bureau ressemble à une agence de pub ou à une maison de disques. Il y fait des tractions et du vélo. Mais aujourd'hui, Freddy Lim est député. Il porte le costard, la cravate et une discrète queue de cheval, lutte pour l'adhésion de Taïwan aux Nations unies et pour que Pékin reconnaisse l'indépendance de son pays. Le réalisateur allemand Marco Wilms a suivi cet ancien président d'Amnesty International Taiwan pendant la première année de son mandat. Il lui tire le portrait, l'accompagne à la commission de la Défense et à la rencontre du dalaï-lama tout en racontant une jeunesse qui s'oppose à la tutelle chinoise et une île qui ressemble à une immense usine. Surprenant.