La couverture des Fifiches est bien choisie -parce qu'il s'agit sans doute du seul dessin de Lécroart dans l'exercice qui se passe de sa petite ligne de texte, et aussi parce qu'il traduit parfaitement l'imaginaire farfelu de son auteur: un super-héros du nom de Super Gourmand a simplement retourné sa cape pour en faire un super bavoir. D'autres super-héros apparaissent d'ailleurs dans bien d'autres "fifiches", une de ses thématiques récurrentes avec les contes de fée, les hommes préhistoriques ou les vikings: on rit encore de ces trois super-héros attablés à un bar, dont une super-héroïne affalée et visiblement de mauvais poil. Les deux autres parlent entre eux: " Ah là là! Ce qu'elle est fermée après 20 heures, supérette!". Si vous ne riez pas, c'est que vous ne méritez pas Lécroart, et cette compilation de "fifiches" qu'il était temps d'éditer.

Cartoon Oubapien

La première "fifiche" date de 1994, et paraît, depuis, chaque semaine, dans le journal de Spirou, quand Lécroart n'en distille pas dans Fluide Glacial, Le Point ou Le Monde des sciences pour ne citer que quelques-unes de ses apparitions. Vingt-quatre ans d'une à deux par semaine... Même en resserrant la sélection de 2007 à aujourd'hui, ce n'était donc pas les bons gags qui manquaient. Car de mémoire d'ancien rédac' chef de Spirou, on n'a jamais refusé une "fifiche", et rarement pas ri en la lisant. Tour à tour farfelue, absurde, tendre ou juste drôle -mais à chaque fois!-, chacune démontre l'énorme talent d'un des meilleurs dessinateurs de presse de France, mais aussi de son goût de la contrainte -Étienne Lécroart est l'un des piliers de l'OuBaPo, l'Ouvroir de bande dessinée potentielle dont les membres n'aiment rien plus que de dessiner sous contrainte artistique volontaire. Celle des "fifiches" n'est pas la plus spectaculaire (Lécroart a entre autres commis Cercle vicieux, une BD palindromique qui peut se lire dans les deux sens), mais pas la moins impressionnante: s'imposer chaque semaine, toutes les semaines, depuis 24 ans, la réalisation d'un dessin drôle en respectant scrupuleusement un format carré rigide, ne présentant qu'un seul dessin, systématiquement accompagné d'une petite phrase, et généralement d'une phrase de dialogue... On ne connaît que Lécroart pour s'être plié à pareil exercice, sans jamais vaciller. Ses amis des éditions L'Association ont en tout cas plus de bon goût que Dupuis, l'éditeur de Spirou: on souhaite à cette compilation et à ce joli gros petit livre (un carré de 15 cm de côté, mais avec 224 pages) un succès à la hauteur du dernier Astérix. Si vous n'avez que quinze euros pour vous offrir un livre et une vraie tranche de rire, faites le bon choix!

Fifiches à gogo

D'Étienne Lécroart, éditions L'Association, 224 pages.

9