Chez nos voisins flamands, la série F.C. De Kampioenen, produite par Één, a tenu 21 ans à conter les brèves de comptoir et les vies plus ou moins dissolues des supporters d'un obscur club de voetbal. Un penchant pour l'humour caricatural repris plus tard par la RTBF pour les capsules Vestiaires et, plus récemment, l'ovni Champion. Hors de ses clichés comiques, point de salut pour le ballon ron...

Chez nos voisins flamands, la série F.C. De Kampioenen, produite par Één, a tenu 21 ans à conter les brèves de comptoir et les vies plus ou moins dissolues des supporters d'un obscur club de voetbal. Un penchant pour l'humour caricatural repris plus tard par la RTBF pour les capsules Vestiaires et, plus récemment, l'ovni Champion. Hors de ses clichés comiques, point de salut pour le ballon rond? Rien de moins sûr. Sur Netflix, The English Game se penche sur les origines du football. Non pour raconter l'Histoire d'un sport populaire, mais pour brosser le contexte social et économique de son pays natal, le Royaume-Uni. Créée par Julian Fellowes ( Downton Abbey), la série s'inspire de faits réels. En 1879, 22 ans après la création du premier club, le Sheffield United, le foot est un sport dominé par les puissants: le club de l'Eton College, favori pour remporter la FA Cup. Face à lui, l'équipe des ouvriers de la filature de Darwen, au nord de Manchester. Dans la première, Arthur Kinnaird, riche héritier et membre de la Football Association. Dans la seconde, Fergus Suter, prodige écossais transféré en secret dans l'équipe de prolos -et future légende du foot anglais. Ce double antagonisme social et sportif est l'occasion de raconter en six épisodes quelque chose de la société anglaise, d'hier et d'aujourd'hui: déclassement des ouvriers, droits des femmes, rivalités de clocher, démocratisation d'un sport vecteur à la fois de fierté locale et de distraction politique. Et de donner à voir les tactiques rudimentaires d'un sport balbutiant et réservé à une élite, qui va progressivement se démocratiser. Pas toujours finaud dans ses dialogues, doté d'intrigues aux trajectoires aussi incertaines qu'un Jabulani , The English Game, en tant que reconstitution historique, fait circuler le ballon sans faire bouger les lignes ni frémir les filets.