Le principe de la Focus Night est simple: chaque mois, vous lecteurs de Focus êtes invités à voter pour l'un des 5 films s'inscrivant dans une thématique précise. Le film ayant recueilli le plus de suffrages est ensuite projeté à la Cinematek dans le cadre d'une soirée spéciale.
...

Le principe de la Focus Night est simple: chaque mois, vous lecteurs de Focus êtes invités à voter pour l'un des 5 films s'inscrivant dans une thématique précise. Le film ayant recueilli le plus de suffrages est ensuite projeté à la Cinematek dans le cadre d'une soirée spéciale. Le thème de notre premier rendez-vous, le mardi 4 mai à 19h, allait pour ainsi dire de soi. A l'occasion du Festival de Cannes, nous vous offrons en effet la chance de (re)découvrir un film jadis primé sur la Croisette mais aujourd'hui quelque peu tombé dans l'oubli. Rendez-vous sur www.focusvif.be pour faire votre choix parmi les 5 films suivants: De Richard Lester. 1965.Un film intégralement "sixties" et londonien, centré sur des copains dont l'un possède le "knack", c'est-à-dire le truc pour tomber ces demoiselles, bref le "piège à filles" que chantera Jacques Dutronc dans Les Playboys quelques mois après la sortie... La piquante Rita Tushingham vole pourtant la vedette aux garçons dans son personnage de jeune fille aux apparences innocentes mais capable de faire d'inattendus ravages dans la gent masculine. l De David Lean. 1945.Cette chronique bouleversante d'un adultère jamais consommé fut primée au Festival de Cannes en 1946. David Lean y narre la rencontre fortuite, dans une gare, d'un homme et d'une femme tous 2 engagés par les liens d'un mariage, et ayant des enfants, mais qui n'en éprouveront pas moins une espèce de coup de foudre... Dans un style au réalisme prenant, le film cadre à merveille l'attirance réciproque d'Alec et Laura, mais aussi leur réticence à exprimer leurs sentiments. Trevor Howard et Celia Johnson sont parfaits. l D' Edward Dmytryk. 1947.Richard Brooks écrivit le scénario de ce film "noir" choisissant le biais du polar pour aborder le sujet encore tabou de l'antisémitisme. Un soldat juif revenu de la guerre et démobilisé y est assassiné. L'officier chargé de l'enquête comprendra peu à peu que les origines de la victime peuvent avoir motivé celui qui l'a tué... Un excellent film de genre, captivant à souhait et osant une thématique alors fuie par Hollywood. Robert Ryan campe le criminel raciste avec une terrifiante vérité. l De Maurice Pialat. 1987.On se souvient du poing levé par Maurice Pialat vers ceux qui sifflaient sa Palme d'Or au Festival de Cannes, la première pour un film français depuis des lunes pourtant... Pour cette adaptation soignée du roman de Georges Bernanos, le cinéaste controversé a choisi un interprète de choc en la personne de Gérard Depardieu, idéal dans le rôle d'un abbé doutant de sa vocation, impliqué dans le suicide d'une paroissienne et rencontrant le diable... Une prestation puissante, dans un film qui ne l'est pas moins. l D' Henri Colpi. 1961.Palme d'Or et Prix Louis Delluc (le Goncourt du cinéma)... Pour son premier film en tant que réalisateur, l'ex-monteur Henri Colpi n'aura pas eu la main malheureuse! Il faut dire que cette histoire (adaptée de Marguerite Duras) est bien émouvante, qui voit une tenancière de café reconnaître dans un vagabond de passage son mari jamais revenu de captivité en Allemagne. Sur la mémoire, la solitude et la fragilité du souvenir, une £uvre admirable de justesse, qu'Alida Valli illumine dans le rôle principal. l