Summer of love, Summer of soul, Summer of scandals, Summer of fish'n'chips... Cela fait des années qu'Arte rythme nos étés et nous sauve de la déprime télévisuelle estivale avec des programmations thématiques. Cette année, pour célébrer le cinquantième anniversaire de la mission Apollo 11, le demi-siècle du premier pas de l'homme sur la Lune, la chaîne franco-allemande s'attaque aussi à la grille télé de notre hiver avec deux semaines de films, de documentaires et de concerts. Une grande expédition dans l'esp...

Summer of love, Summer of soul, Summer of scandals, Summer of fish'n'chips... Cela fait des années qu'Arte rythme nos étés et nous sauve de la déprime télévisuelle estivale avec des programmations thématiques. Cette année, pour célébrer le cinquantième anniversaire de la mission Apollo 11, le demi-siècle du premier pas de l'homme sur la Lune, la chaîne franco-allemande s'attaque aussi à la grille télé de notre hiver avec deux semaines de films, de documentaires et de concerts. Une grande expédition dans l'espace mêlant science et culture. Le Voyage dans la Lune de Georges Méliès, Apollo 13 de Ron Howard et Moon, le premier long métrage de Duncan Jones, le fils de David Bowie (06/01). Il y a des jours... et des lunes de Claude Lelouch, La Femme sur la Lune de Fritz Lang (13/01) et La voce della luna de Fellini (20/01)... L'Hiver d'Arte revisite Le Petit Chaperon rouge et Barbe-Bleue avec Neil Jordan ( La Compagnie des loups, 14/01) et danse sur la lune avec Michael Jackson ( Moonwalker, 18/01). Présenté par Jean-Michel Jarre, pionnier de l'électro, passionné d'astronomie, qui aura lui aussi droit à son petit docu ( Un voyage à travers le son, 11/01), ce Winter of Moon racontera dans un "documenteur" comment les premiers pas de l'homme sur la Lune seraient en fait une fiction tournée par Stanley Kubrick, surenchère de marketing politique et de propagande entre l'URSS et les États-Unis ( Opération Lune, 12/01). Il questionnera la fascination qu'ont jusqu'ici exercée sur la pop culture, de Creedence Clearwater Revival à Neil Young en passant par Elton John et David Bowie, l'unique satellite naturel de la Terre et l'exploration de l'espace ( La pop a marché sur la Lune, 11/01). Et décortiquera comment les débuts de la conquête spatiale ont fait naître une irrésistible culture populaire au cinéma, dans les séries télé et en bande dessinée ( Génération Spoutnik: l'âge d'or de la science-fiction, 18/01). Dans des registres plus historiques et scientifiques voire parfois anxiogènes, Arte proposera le documentaire inédit Alerte aux débris spatiaux (19/01). Relatera l'histoire méconnue de spécialistes allemands qui avaient révolutionné les techniques d'armement sous les ordres d'Hitler et ont ensuite été employés par les États-Unis ( Destination Lune: Les anciens nazis de la Nasa, 08/01). Et esquissera une nouvelle géopolitique, celle de puissances voulant affirmer leur hégémonie sur la Terre comme au ciel ( Lune, le huitième continent, 08/01). Walking on the moon...