Six Feet Under

La phrase revenait comme un mantra chez les initiés, à mesure que l'on progressait dans la cinquième et ultime saison de la saga Fisher... "La fin va te faire chialer". De fait. Alors que précisément, démarrant sur le décès du patriarche de cette famille de croque-morts, elle nous avait réconcilié avec l'évidence que tout a une fin et avec les émotions que celle-ci occasionnait, la série d'Alan Ball ne pouvait rater sa sortie. Sur une mélodie de Sia, Claire Fischer fait s...

La phrase revenait comme un mantra chez les initiés, à mesure que l'on progressait dans la cinquième et ultime saison de la saga Fisher... "La fin va te faire chialer". De fait. Alors que précisément, démarrant sur le décès du patriarche de cette famille de croque-morts, elle nous avait réconcilié avec l'évidence que tout a une fin et avec les émotions que celle-ci occasionnait, la série d'Alan Ball ne pouvait rater sa sortie. Sur une mélodie de Sia, Claire Fischer fait ses adieux aux êtres chers tandis que le récit se boucle sur fond d'ellipses éthérées. Magistral. La dernière scène des Sopranos, huit ans après leur lancement, est en réalité une dernière cène. Dans un diner du New Jersey, Tony, Carmela et A.J. se retrouvent et attendent l'arrivée de Meadow. Don't Stop Believin' de Journey en fond, la clochette de la porte qui laisse entrer les clients attire l'oeil vigilant de Tony, et toute l'histoire de cette famille italo-maffieuse arrive à son climax noir, brutal et ambigu. Certains sont déçus, d'autres crient au génie, la plupart fondent en larmes (y compris le showrunner, David Chase). Cette conclusion déroutante mais inexorable fait encore aujourd'hui l'objet d'une exégèse animée. Dès les premières secondes suivant la fin du dernier épisode, les fans se sont défoulés sur Lindelof et son co-scénariste Carlton Cuse. Pantalonnade pseudo-métaphysique, les retrouvailles ecclésiales des rescapés du vol Oceanic 815 ont échoué à répondre à toutes les pistes et les espoirs de fable existentielle qu'avaient soulevés leurs turpitudes. Un modèle de foirage. Trois ans après cet épisode ultime, la bio de Lindelof sur Twitter disait: "I'm one of the idiots behind Lost. And no, I don't understand it, either". Ça pique encore. Il faut reconnaître le talent de certains showrunners à paver eux-mêmes le chemin menant à leur crucifixion. La sitcom héritière de Friends se structure autour de Ted Mosby, qui raconte à ses deux enfants comment il a rencontré leur maman. Alors que le show aux prémices casse-gueule raconte en mode flash-back le récit de cette (non)rencontre étiré sur neuf saisons, on voit le mur s'approcher et les scénaristes s'avérer incapables de l'éviter. Pire: entre divorce, décès et épisodes vaudevillesques expédiés en une poignée de secondes, le dernier épisode de HIMYM a laissé ses personnages et les spectateurs sur le carreau. N.B.