Il faut souffrir pour être beau. Et Robin Pecknold a donné de sa personne, négligé sa santé et ses proches pour, le moment venu, pouvoir regarder le nouveau Fleet Foxes dans un miroir ( lire notre critique page 34). Il y a 20 ans, Seattle était le repaire d'une jeunesse bruyante et rebelle. D'un rock énervé et désabusé. Le grunge, le folkeur humaniste n'en a pas gardé que le look -les chemises à carreaux, la barbe et les cheveux un peu gras. Il en a aussi conservé le désespoir solitaire et la simplicité, celle des gens ordinaires.
...

Il faut souffrir pour être beau. Et Robin Pecknold a donné de sa personne, négligé sa santé et ses proches pour, le moment venu, pouvoir regarder le nouveau Fleet Foxes dans un miroir ( lire notre critique page 34). Il y a 20 ans, Seattle était le repaire d'une jeunesse bruyante et rebelle. D'un rock énervé et désabusé. Le grunge, le folkeur humaniste n'en a pas gardé que le look -les chemises à carreaux, la barbe et les cheveux un peu gras. Il en a aussi conservé le désespoir solitaire et la simplicité, celle des gens ordinaires. Que nous sommes arrivés à ce que nous désirions. Je pense personnellement que ce disque est fort différent. Il comporte des tonnes d'instruments que nous n'avions pas ou peu utilisés auparavant. La 12 cordes, d'autres engins plus étranges, moins communs. Puis je joue du violon sur 2 chansons. Il y a plein de petites touches instrumentales qui nous écartent de ce premier disque. On n'explore absolument pas un nouveau genre. On ne va pas parler d'un disque plus rock ou d'un album plus dépouillé. On sonne toujours Fleet Foxes. Mais ça ne me tracasse pas. Il s'agit des meilleures chansons que nous pouvions enregistrer. C'est plus important à mes yeux que de savoir comment on peut choquer ou surprendre. Je ne veux pas donner ce pouvoir sur moi. Ce que les gens disent, pensent, attendent ne doit pas affecter ce que tu fais si ton travail te plaît et te semble de qualité... Notre album ne baigne de toute évidence pas dans le même type d'univers qu' Astral Weeks mais j'ai essayé de lui donner le même genre d'évidence. Astral Weeks repose sur une palette relativement limitée d'accords. Il te prend, t'emmène loin, sans être bien compliqué musicalement parlant. Puis il y a la voix de Van Morrison, très expressive, qui sonne comme du live. Sur une bonne partie des chansons de notre album ( Grown Ocean, Lorelai, Montezuma, Helplessness Blues), les voix ont été enregistrées en une seule prise en même temps que je jouais de la guitare. Pour tout le reste... On a enregistré 80 % du disque en 2 jours et les 20 % restants ont pris 9 mois. A mon avis, tu dois de temps en temps t'interroger sur les chemins que tu empruntes. Il est important de se souvenir, de s'assurer qu'on est toujours passionné par ce qu'on fait. D'être sûr qu'on ne tombe pas dans une certaine forme de routine. Je me remets toujours en question. Je me suis déjà demandé si j'aurais encore envie de tout ça après Helplessness Blues. Et la réponse est non. Je ne me vois pas me remettre à bosser sur un album aussi intensément, négliger autant de choses pour les Fleet Foxes. Nous ne voulons pas vivre au rythme des enregistrements de disques. Avec des cycles de 3 ans. Je pense qu'il est sain de savoir si on est excités par ce qui rythme nos vies, si on met à profit notre temps sur terre. Je me demande souvent si ce que je fais est important. Si ça compte autant que le boulot d'un plombier ou d'un maçon. Parfois, le métier de musicien peut vraiment te sembler égoïste. Je suis né en 1986. Je n'avais que 5 ans quand Nirvana a sorti Nevermind. Ma s£ur, de 7 années mon aînée, était bien plus branchée que moi par tout ça. Aujourd'hui, il ne reste plus rien du grunge à Seattle. Mais c'était vraiment cool. Il s'agit d'un petit endroit dans un petit building. Rien de bien spectaculaire. On l'a loué au mois. On pouvait y aller quand on voulait. Je pouvais y passer la nuit à écrire, y faire autant de bruit que je le désirais. Les voisins n'entendaient rien. Ils avaient été préparés par Mudhoney. Je trouve que, de manière générale, la peinture colle plutôt bien à notre musique. Cette fois, il s'agit d'une £uvre originale. Nous avons demandé à un ami, Toby Liebowitz, de la concevoir pour nous. D'une certaine manière, elle a le même feeling que notre album. Quand nous tournons, j'essaie de visiter l'un ou l'autre musée. Je ne connais pas grand-chose à la peinture mais toute forme d'art est un point de vue et tout point de vue est instructif. Pendant que je bossais sur notre 2e album, j'ai lu pas mal de bouquins scientifiques. Des livres sur la crise financière. Des trucs du genre. Pas des fictions. Ça m'a amené à être plus explicite, moins rêveur dans mes paroles. Je trouve tout ça bizarre. J'ai un problème avec l'Eglise. Cette richesse en ses murs et tous ces gens dans le monde qui crèvent de faim. Puis aussi, en Afrique, cette totale et horrible désinformation au sujet des capotes, de la contraception. Je ne suis pas croyant. Je suis agnostique. Avant, je me qualifiais d'athée. Mais finalement, je trouve ça aussi borné que peut l'être la religion. Les gens peuvent ou devraient pouvoir croire en ce qu'ils veulent. Mais je trouve inadmissible, terrible, qu'on détruise et ruine des vies en répandant le mensonge. ENTRETIEN JULIEN BROQUET, À LONDRES