Trois nouvelles. Et autant de portraits touchants et délicats de femmes se débattant avec leurs névroses. Dans Ils meurent jeunes, en général, une journaliste collectionnant les phobies découvre l'existence des Pawong, une tribu d'Asie accordant une grande v...

Trois nouvelles. Et autant de portraits touchants et délicats de femmes se débattant avec leurs névroses. Dans Ils meurent jeunes, en général, une journaliste collectionnant les phobies découvre l'existence des Pawong, une tribu d'Asie accordant une grande valeur morale à la peur. De quoi soulager un peu son mal-être et atténuer une sensation persistante, et pourtant universelle, de gâchis. " C'est le principe même de la vie de ne pas être exaltante", lui fait remarquer sa soeur. L'étrangeté fait place à la stupéfaction quand un attentat en plein Paris suspend le temps et redistribue les cartes. L'autrice épouse ensuite les états d'âme d'une mère célibataire passant un été en famille au bord de la Méditerranée. Passablement aigrie, elle focalise sa rancoeur sur sa belle-soeur, une Américaine trop parfaite pour être honnête. La jalousie comme un cri de détresse. Le tout exprimé à la lueur pâle d'une sensibilité extrême. Un schéma affectif que l'on retrouve dans Son exposé sur l'Égypte, qui explore sur le même ton mélancolique une relation mère-fille compliquée, encombrée par le souvenir du père suicidé. Les personnages de Camille Bordas, ni brillants ni insignifiants, semblent évoluer au bord du gouffre. Comme nous tous.