Jean-Louis Tripp est entré dans la phase adulte de sa sexualité. Dans la première partie, il nous dévoilait son éveil à l'acte amoureux après la découverte de son corps et de celui des femmes. Alors que nous l'avions quitté après une orgie romaine entre amis qui avait quelque peu dérapé, nous apprenons en ouverture de ce deuxième tome que la joyeuse bande se retrouve ré...

Jean-Louis Tripp est entré dans la phase adulte de sa sexualité. Dans la première partie, il nous dévoilait son éveil à l'acte amoureux après la découverte de son corps et de celui des femmes. Alors que nous l'avions quitté après une orgie romaine entre amis qui avait quelque peu dérapé, nous apprenons en ouverture de ce deuxième tome que la joyeuse bande se retrouve régulièrement pour assouvir le fantasme de l'amour à plusieurs. Malheureusement, tous ne sont pas égaux devant la jalousie et certains couples "non légitimes" commencent à la jouer personnel au détriment des partenaires réguliers. La bacchanale va bientôt se terminer faute de participants, au grand dam de l'auteur. Commence alors pour lui une quête du graal dont il n'arrive pas tout à fait à définir le but. Ses histoires avec les femmes successivement rencontrées se termineront toujours par une certaine lassitude sexuelle: il en veut toujours plus. Extases n'est pas une bande dessinée érotique, même si une certaine chaleur émanant du bas ventre pourrait être ressentie à la vue des nombreux membres turgescents et de chairs généreuses abandonnées. Non, tout ceci est politique. Jean-Louis Tripp l'explique très bien dans son introduction: "Les combats d'émancipation commencent tous par la récupération de la souveraineté sur son propre corps." Il fait ici référence à l'insidieuse mainmise du pouvoir sur le contrôle des corps, sur ce que l'on peut faire et sur ce que l'on ne peut pas. Extases est en fait le récit du parcours de l'auteur dans les méandres de sa sexualité face à une certaine normalité. Avec une désarmante sincérité, il se met littéralement à nu et pose les questions universelles: sommes-nous des êtres voués à la monogamie? L'acte sexuel est-il inhérent au sentiment amoureux? Tripp nous livre ici sa réponse.