Au fil de ses albums, Iwan Lépingle partage son goût du voyage. Il nous avait précédemment fait visiter le Caucase et la Patagonie en passant par le Grand Nord. C'est sur les rives du lac Léman qu'il pose cette fois ses valises. Dans les riches villas du côté suisse, le personnel de maison s'affaire dans l'attente d'une éventuelle visite des propriétaires des ...

Au fil de ses albums, Iwan Lépingle partage son goût du voyage. Il nous avait précédemment fait visiter le Caucase et la Patagonie en passant par le Grand Nord. C'est sur les rives du lac Léman qu'il pose cette fois ses valises. Dans les riches villas du côté suisse, le personnel de maison s'affaire dans l'attente d'une éventuelle visite des propriétaires des lieux. Quand ceux-ci débarquent, il s'agit de se rendre disponible aux exigences des maîtres tout en se rendant invisible. C'est pour cette raison qu'Esma, petite bonne à tout faire turque, n'a pu identifier les assassins de sa patronne. Tout ce qu'elle a réussi à faire est de s'enfuir discrètement et de se réfugier chez sa voisine Audrey, jardinière employée au parc du domaine. N'étant pas en règle côté papiers, Esma convainc Audrey de récupérer son passeport confisqué dans la villa: les vrais ennuis peuvent commencer. Les histoires d'Iwan Lépingle, depuis qu'il est édité par Sarbacane, s'inscrivent dans l'époque contemporaine. Elles traitent généralement de faits de société tels que la pollution ou la mafia au travers de polars subtils. Avec Esma, l'auteur bordelais affirme son goût pour le genre, avec en filigrane la traite des êtres humains. Il introduit comme toujours une belle galerie de personnages secondaires qui densifie la trame d'un récit naviguant entre thriller et chronique sociale, plongeant cette fois le lecteur dans le monde du show-biz, des galeries d'art et des promoteurs immobiliers. Son élégante ligne claire sert parfaitement une intrigue rondement menée, digne de la bonne période de Ceppi. Le camaïeu de bleus est particulièrement bien adapté à la période hivernale naissante, à la froideur des riches propriétaires ainsi qu'à l'épaisse forêt environnante.