La présence de Daech en Irak et en Syrie aura donné lieu à quantité de documentaires rendant compte d'une horreur autrement difficile à s'imaginer. Le sujet est ici épouvantablement dramatique: la réduction en esclavage de milliers de femmes de la minorité yézédie, au nord-...

La présence de Daech en Irak et en Syrie aura donné lieu à quantité de documentaires rendant compte d'une horreur autrement difficile à s'imaginer. Le sujet est ici épouvantablement dramatique: la réduction en esclavage de milliers de femmes de la minorité yézédie, au nord-ouest de l'Irak, dont les maris ont été assassinés ou jetés sur les routes. L'écrivain, avocat et réalisateur franco-britannique Philippe Sands, spécialisé dans la défense des droits de l'homme, prend le pari de d'exposer le plus posément possible le problème et ses remèdes. Tout d'abord en écoutant sobrement le récit de deux rescapées, Dalal et Lewiza, qui ont réussi à échapper à leurs ravisseurs, laissant derrière elles d'autres femmes et jeunes filles abusées. Et dont certaines, pour ne plus avoir à affronter ni les abus ni la honte d'avoir été violée, se sont donné la mort. Philippe Sands s'oriente alors vers les solutions: l'accueil des réfugiés en Allemagne, exemplaire; la saisie de la Cour pénale internationale pour que soit reconnue la qualification de génocide; la sensibilisation de toute une communauté pour que le viol ne soit plus entaché de honte éternelle mais puisse déboucher sur un possible début de résilience. Ce docu intense mais nécessaire est suivi d'un entretien avec le psychologue allemand Jan Ilhan Kizilhan.