Venue de la mode, Daphné Bürki est la nouvelle Ariane Massenet du Grand Journal. Plus, mieux: elle co-anime l'émission avec Michel Denisot. Retour aux sources pour l'ex de la tranche matinale de Canal+. Grâce à elle -et à quelques aménagements-, Le Grand Journal espère redorer un blason égratigné par les critiques, la saison dernière. On le disait trop promo, trop bling, trop fouillis... Daphné parle d'épure pour une version qu'en interne, on qualifie de "Numéro deux".
...

Venue de la mode, Daphné Bürki est la nouvelle Ariane Massenet du Grand Journal. Plus, mieux: elle co-anime l'émission avec Michel Denisot. Retour aux sources pour l'ex de la tranche matinale de Canal+. Grâce à elle -et à quelques aménagements-, Le Grand Journal espère redorer un blason égratigné par les critiques, la saison dernière. On le disait trop promo, trop bling, trop fouillis... Daphné parle d'épure pour une version qu'en interne, on qualifie de "Numéro deux". Je suis partie un moment, et depuis que je suis revenue, je bosse comme une cinglée. Là, j'aimerais vraiment que ça démarre ( nous interviewons Daphné Bürki trois jours avant la rentrée du Grand Journal , ndlr), parce que c'est vraiment difficile de parler de son travail avant qu'il ait vraiment commencé. C'est un boulot énorme, en tout cas. Mais hier, on a fait un numéro zéro, et on en est sortis avec une énorme banane. Je ne sais pas à quel point les téléspectateurs seront étonnés, mais les gens ici trouvent vraiment que c'est une version différente. Ils parlent même de Grand Journal 2. Il y aura plein de nouvelles têtes, et davantage d'épure. On a souvent reproché à l'émission de faire défiler trop de gens en plateau: ici, on sera entre nous. Lors de la première partie, celle qui concerne l'actualité, je serai en compagnie de Jean-Michel Apathie, Mouloud Achour et Michel Denisot. Lors de la seconde, Michel et moi serons seuls avec notre invité. Par ailleurs, en plus des interviews, je viendrai ponctuer l'émission de différentes manières, parce que si je ne rajoute pas mon grain de sel, ça ne va pas aller. Je ne suis pas très concernée par ces critiques, je ne les ai pas lues. Ce que je sais, c'est que Michel est beaucoup plus dur avec lui-même que tout ce qu'on pourra jamais écrire à son sujet. Ce qui est ironique, c'est que malgré la mauvaise presse, Le Grand Journal a connu l'année dernière sa meilleure saison depuis le début de son existence. Alors que faut-il écouter? Le public ou la critique? Je ne lis jamais rien sur moi, je me garderai bien de le faire à propos de ma rentrée. La pression, les gens m'en parlent, mais, sans fausse naïveté, je ne la ressens pas. Ça fait 8 ans que je bosse là-dedans, 8 ans que je suis exposée, ça ne vient pas de me tomber sur un coin de la tête. Je fais le même boulot partout où je travaille. Dans C à Vous, sur France 5, quand je remplaçais Alessandra Sublet, je pouvais aussi bien recevoir Denis Brogniart de Koh-Lanta que BHL, j'avais la même envie de connaître des choses sur eux, et je m'amusais autant avec l'un qu'avec l'autre. Absolument. Je bouffe du Canal+ depuis que je suis née, mes parents ont été parmi les premiers abonnés, j'ai toujours regardé et aimé cette tranche horaire, je suis donc hyper contente d'y participer. Ce n'est pas une blague. J'étais bien sur France 5, je ne voyais pas pourquoi j'aurais dû bouger. Puis Michel m'a appelée, et m'a proposé de le rencontrer. En 5 minutes chrono, l'affaire était pliée, il me proposait non pas une collaboration, mais une co-animation. On va se répartir les choses très naturellement, personne ne m'a demandé d'entrer dans une case ou de jouer à être ce que je ne suis pas. En fait, j'ai toujours eu la chance d'être prise pour ce que je suis. Non, j'ai commencé par la mode, chez Dior, avec John Galliano. J'ai toujours dessiné, ma mère était dessinatrice textile, quand j'étais petite je dormais dans son atelier, je me suis naturellement orientée vers le domaine artistique au début de ma carrière. Et puis, par hasard, la télé est venue me chercher. Via un pote de pote qui cherchait des gens qui voulaient parler de leur métier. Tout est parti de là. Le boss de la maison de couture ne me voulait qu'à 100 % chez lui, comme je suis spontanée et que je marche au feeling, je suis partie sur les plateaux. Sans avoir fait d'école de journalisme, sans être formatée. Non. J'ai même envisagé pendant un temps de présenter Le journal du hard, ça m'aurait amusée. Je pars du principe que tu fais ce que tu veux de ce qu'on te donne. J'ai juste besoin de me sentir utile, où que j'aille. Sur ma fiche de paie, il est inscrit "journaliste". Et comme j'aime la mise en scène, je dirais que je suis aussi une entertaineuse. l ENTRETIEN MYRIAM LEROY