Il n'y a pas si longtemps, on ne donnait pas cher de sa grammaire. L'anglais, avec la complicité de la culture américaine toute-puissante et le soutien logistique d'Internet, n'allait en faire qu'une bouchée lexicale. Et voilà qu'on apprend que le français fait mieux que résister. Du statut de moribond il est passé en une décennie à celui de valeur sûre, voire d'avenir. 10 % de pratiquants en plus sur dix ans. Et les prévisionnistes de l'Observatoire de la langue française tablent même sur un... triplement du nombre de locuteurs francophones à l'horizon 2050. Si les plans de vol sont exacts, on compterait alors 715 millions de francophones dans le monde. Merci qui? Non pas Paris, Bruxelles ou Montréal. Mais bien Dakar, Bamako et Kinshasa. C'est en effet l'expansion démographique de l'Afrique subsaharienne qui assurera la survie et le rayonnement de notre bel id...