28/10/2004
...

28/10/2004 David Combe: "C'est parfois compliqué. Très connu dans le milieu des free parties, Hakim Bey, le mec qui a écrit TAZ: Zone autonome temporaire, rejette par exemple le téléphone et Internet. On a dû le contacter par courrier. Il a ensuite fallu attendre qu'il réponde d'une cabine téléphonique et nous dise dans quelle rue aller. Comme dans une histoire d'enlèvement contre rançon. Le problème, c'est qu'il refuse de montrer son visage. Il est contre la starification. Veut passer inaperçu. Donc, le personnage principal, c'était une cafetière qu'il nous a laissé filmer. Une spéciale sur un mec pointu/obscur difficile à contacter qui en plus va refuser de montrer son visage... Le challenge était plutôt rigolo. Les journalistes n'ont plus l'habitude des contraintes. Dès que ça devient un peu compliqué, ça va les faire chier. Les contrarier. Plutôt que d'essayer de contourner l'obstacle, de trouver une solution, ils vont s'arrêter... Or, quand c'est compliqué, c'est là que ça devient un peu intéressant. Même s'il n'y a pas de règle mathématique."