Ah, Elvis dans le 68 Comeback Special! Sa tenue de cuir, son déhanché, ses regards enjôleurs, sa voix, son... On s'emballe, pardon, mais c'est ce moment de télévision très... Special donc, que les auteurs d' Elvis Presley: The Searcher ont choisi pour fil rouge de leur mini-série documentaire. C'est plutôt une bonne idée: le show, sorte de best of scénarisé de la carrière du King de 1954 ...

Ah, Elvis dans le 68 Comeback Special! Sa tenue de cuir, son déhanché, ses regards enjôleurs, sa voix, son... On s'emballe, pardon, mais c'est ce moment de télévision très... Special donc, que les auteurs d' Elvis Presley: The Searcher ont choisi pour fil rouge de leur mini-série documentaire. C'est plutôt une bonne idée: le show, sorte de best of scénarisé de la carrière du King de 1954 à 1968 avec quelques fameuses séquences enregistrées en public d'un Elvis libéré, performant comme jamais au milieu de fans extatiques et au bord de l'évanouissement, allait marquer à jamais l'Histoire de la télévision américaine. Comme le diront en choeur les intervenants d' Elvis Presley: The Searcher, l'émission constitue aussi un tournant dans la carrière du King, qui piétinait sérieusement. Ultra-complet, le documentaire va justement y revenir ainsi que sur tout le reste. On ne s'attardera pas trop ici sur la vie privée et les ragots: la mini-série a été approuvée par les héritiers de Presley (Priscilla, son ex-femme, est à l'origine du projet) et on va plutôt s'intéresser à Elvis l'artiste et sa musique. Bruce Springsteen, Tom Petty et quelques pointures du journalisme musical, comme Jon Landau ou Nik Cohn, ont bien voulu commenter les très nombreuses images d'archives et les moments-clés, comme l'enregistrement de That's Alright, Mama dans les locaux de Sun Records, expliquer la maîtrise du studio d'Elvis, son génie de la scène, revenir sur l'emprise du colonel Tom Parker sur le King... Parce que non, Elvis Presley, ce n'est pas seulement ce type en costume kitsch à paillettes, bouffi et en surpoids, sur la scène du Caesars Palace de Las Vegas... C'est aussi ce modeste kid de Tupelo, fou de gospel, de blues et de country, qui allait un jour être le premier à mêler musiques noires et blanches et, oui, devenir la plus grande star de l'Histoire de la musique.