Lorsque Elmore Leonard se met à écrire dans les années 50 des pulps et des westerns, c'est déjà dans le but avoué de les voir adaptés: " c'était ça qui ramenait de l'argent, plus que les livres. " Depuis, presque toute sa production est devenue film, téléfilm ou série, lui-même y étant associé de près ou de très loin. De passage à Londres pour la promotion de la série Justified, sorte de western contemporain dans le Kentucky profond, l'octogénaire toujours gaillard livre quelques-uns des secrets de ses succès, autres que littéraires.
...

Lorsque Elmore Leonard se met à écrire dans les années 50 des pulps et des westerns, c'est déjà dans le but avoué de les voir adaptés: " c'était ça qui ramenait de l'argent, plus que les livres. " Depuis, presque toute sa production est devenue film, téléfilm ou série, lui-même y étant associé de près ou de très loin. De passage à Londres pour la promotion de la série Justified, sorte de western contemporain dans le Kentucky profond, l'octogénaire toujours gaillard livre quelques-uns des secrets de ses succès, autres que littéraires. Les dialogues, chez moi, sont très importants. Tout se construit souvent, d'abord, sur des dialogues, donc sur des ressorts qui ne coûtent pas chers à produire. Le dialogue décrit le personnage, ce qu'il est au plus profond de lui. Moi, je ne suis pas dans mes livres. Vous n'y trouverez jamais un mot de ma part. Je ne suis pas un auteur littéraire. J'essaie également d'être réaliste, crédible, j'aime les personnages normaux, mais qui font des erreurs. Les criminels par exemple sont pour la plupart stupides, c'est pour ça qu'ils finissent en taule. Et puis je suis coulant: côté adaptations, une fois qu'ils m'ont payé, ils font ce qu'ils veulent, ça fait partie du deal. Dans le cas d'une série comme Justified, c'est assez logique. Graham Yost a découvert le personnage et l'univers dans une nouvelle. On évolue ici dans l'Amérique profonde, une Amérique démunie, ça semblait original, histoire de ne pas faire un "cop show" ou une série en hôpital de plus. Et moi, je peux écrire autant que je veux sur Raylan Givens, le personnage principal, c'est mon genre de gars, je le comprends. Un homme de loi, qui fait les choses à sa manière. Ça parle au lecteur, au spectateur. On aimerait faire comme lui. Sur cette base, ils peuvent prendre ce qu'ils veulent pour construire la série. Les personnages s'ils les aiment, les histoires si elles leur plaisent. Je commence toujours de mon côté, et ils prennent ce qu'ils veulent, c'est parfait. Je ne fais plus de scénario depuis 1993 exactement. Ça ne me procurait plus aucune joie, pas d'amusement. J'adaptais mes propres histoires, avec des gens qui me disaient ce qu'il fallait changer! Quand j'écris un livre, je fais ce que je veux, je suis totalement libre. Après, ça m'échappe et je suis content comme ça. Mon éditeur aussi. C'est une question d'argent. On leur donne le matériel, alors ils veulent vous donner autre chose. Ici, je touche 25 000 dollars par épisode, c'est cool! Mais je n'aime pas bosser pour rien, j'ai le sentiment de devoir en faire plus. Alors je viens parfois me mettre dans un coin, je réponds à leurs questions, j'ai écrit un autre bouquin avec Raylan qu'ils pouvaient utiliser... Pour la plupart, je m'en fous un peu... Mais Cuba Libre(édité chez Rivages en 2000 sous le titre Viva Cuba Libre , ndlr), je veux vraiment le voir en film! Un cow-boy d'Arizona qui débarque dans le Cuba de 1898, en pleine guerre d'Indépendance. Il faut le budget... l u JUSTIFIED, SAISON 1. LE SAMEDI À 20 H 45 SUR BE SÉRIES. RENCONTRE OLIVIER VAN VAERENBERGH, À LONDRES