L'officier de police qui prend sa déposition a derrière lui, accroché au mur, un poster géant du film Cinquante nuances de Grey. Quelle image renvoyée à cette femme venue déclarer qu'elle a été victime d'un viol, perpétré ...

L'officier de police qui prend sa déposition a derrière lui, accroché au mur, un poster géant du film Cinquante nuances de Grey. Quelle image renvoyée à cette femme venue déclarer qu'elle a été victime d'un viol, perpétré par un proche de la famille? Dans un style curieusement proche des reportages type 90' Enquêtes de TF1, Laetitia Ohnona suit le parcours de quatre femmes, entre 20 et 56 ans, qui ont courageusement porté plainte pour viol. Courageusement car la honte, la peur et la culpabilité rongent leur vécu et leur version des faits. Du policier au psychiatre en passant par les infirmières légistes ou les avocates, le fragilité et l'obscurité des souvenirs se cognent souvent au doute, à la culture sournoise du viol, mais trouvent aussi refuge et soutien auprès d'un personnel compétent, à l'écoute, empathique et décidé à faire justice. En Belgique, près de 90% des femmes victimes de viol ne portent pas plainte. Les faits qui se sont notamment déroulés récemment au Festival de Dour doivent nous inciter à regarder ce délicat documentaire et à prendre acte.