"Cure"

S'il y en a bien un qui était attendu au tournant, c'était lui. En deux singles ( Kid, Fête de trop), Eddy de Pretto a en effet réussi à marquer les esprits, ...

S'il y en a bien un qui était attendu au tournant, c'était lui. En deux singles ( Kid, Fête de trop), Eddy de Pretto a en effet réussi à marquer les esprits, rappelant certaines figures tutélaires de la "grande" chanson française (Brel, Nougaro, Barbara, Aznavour), tout en embrayant sur une certaine modernité -dans la forme comme sur le fond, abordant les questions de genre, de réalité virtuelle... Sur son premier album, le geste est étonnamment maîtrisé. Une proposition à ce point affinée et circonscrite qu'elle pourrait paradoxalement déjà ne plus vraiment surprendre. Heureusement, de Pretto ne s'épargne pas, verbeux certes, mais généreux en punchlines tranchantes, osant la mise à nu dans un premier album singulier.