On nous aurait dit que la pire catastrophe aérienne de l'histoire aurait un goût de cendres mais ne ferait pas un seul mort -jusqu'ici en tout cas-, on ne l'aurait pas cru. Par contre, côté pagaille, stress et frisson apocalyptique, on est largement servis. Avec en prime sans doute une belle gueule de bois sociale à la clé. Une fois de plus, la réalité a fait la nique à la fiction. Mais on peut parier que celle-ci va très vite lui rendre la monnaie de sa pièce. A Hollywood, où l'on ne cache pas un faible pour les catastrophes naturelles ces temps-ci, les cerveaux des scénaristes sont sans doute déjà ent...