Malgré son tout récent César du meilleur film d'animation (faute de réelle concurrence, diront les mauvaises langues...), Dilili à Paris, le dernier lon...

Malgré son tout récent César du meilleur film d'animation (faute de réelle concurrence, diront les mauvaises langues...), Dilili à Paris, le dernier long métrage en date de Michel Ocelot ( Kirikou, Princes et Princesses), déçoit. En cause, une recréation du Paris de la Belle Époque qui évoque trop souvent un catalogue un peu vain des grandes figures ayant marqué la capitale de leur empreinte au tournant du XIXe et du XXe. Colette, Debussy, Picasso, Louise Michel, Rodin... Ils sont tous là, défilant les uns après les autres dans un mélange très discutable d'animation colorée et de photo figée, au fil d'un récit qui semble très artificiellement construit autour de leur brève apparition. Making of en bonus DVD.