De la console de jeu vidéo sur oscilloscope de Mitxela aux origamis de PC vintage (à imprimer) de Rocky Bergen, la scène DIY cartonne sur YouTube. L'intelligence collective du Web et la démocratisation des outils d'impr...

De la console de jeu vidéo sur oscilloscope de Mitxela aux origamis de PC vintage (à imprimer) de Rocky Bergen, la scène DIY cartonne sur YouTube. L'intelligence collective du Web et la démocratisation des outils d'impression 3D y favorise également l'émergence de robots-peintres. Dernier exemple de cette vague récemment marquée par les fresques murales géantes de Stuff Made Here, le récent Flingbot de JBV Creative ressuscite les projections de Jackson Pollock. Force de jet, angle du bras, forme de la cuillère en silicone (qui se tord grâce à un câblage ingénieux)... Ce bras robotisé catapulte de la peinture sur une toile selon 195 paramètres ajustables pour plus de 2,8 trillions (!) de combinaisons. Piochant parmi un panel de douze couleurs qu'il peut mélanger en trio dans son réceptacle, Flingbot détaille ses secrets fous de fabrication sur la chaîne de JBV Creative. Notons que l'idée de laisser une machine peindre des surfaces ne date pas d'hier, comme en témoigne les bombages d'Hektor, en 2002, un robot graffeur précurseur de l'artiste suisse Jürg Lehni.