Avec Laura Dern, Robert Pattinson, Jeff Goldblum, Michelle Rodríguez ou Woody Harrelson, Darren Aronofsky était l'un des invités phares de la 43e édition du Festival du Cinéma Américain de Deauville, en marge d'une compétition misant pour sa part sur les jeunes pousses du ciné indépendant US. Déjà remarqué à la Quinzaine cannoise en mai dernier, l'intense The Rider de Chloé Zhao...

Avec Laura Dern, Robert Pattinson, Jeff Goldblum, Michelle Rodríguez ou Woody Harrelson, Darren Aronofsky était l'un des invités phares de la 43e édition du Festival du Cinéma Américain de Deauville, en marge d'une compétition misant pour sa part sur les jeunes pousses du ciné indépendant US. Déjà remarqué à la Quinzaine cannoise en mai dernier, l'intense The Rider de Chloé Zhao, incursion très... aronofskienne -période The Wrestler- dans l'univers du rodéo, s'est vu couronner du Grand Prix du jury emmené par Michel Hazanavicius. Mais la vraie sensation de cette cuvée 2017 est venue du sidérant tour de force de David Lowery, A Ghost Story. Soit une méditation poétique sur la perte, la mémoire, le temps et notre présence au monde à vivre comme une expérience de cinéma totale, envoûtante variation sur le motif éculé de la maison hantée où le fantôme est figuré de manière littérale: un grand drap blanc avec deux trous. Mutique, contemplatif, jamais là où on l'attend, le film, dont l'une des plus belles vertus est sans doute de ne ressembler à aucun autre, y fait aussi la nique à Terrence Malick sur son propre terrain, celui du trip élégiaque aux accents de paradis perdu. Le tout sous l'aura bienveillante de Virginia Woolf. En un mot comme en cent: fascinant. A Ghost Story rafle trois récompenses: Prix de la révélation, Prix de la critique mais aussi Prix du jury, qu'il partage avec le Brooklyn Yiddish de Joshua Z Weinstein, enthousiasmante plongée au coeur de la communauté juive ultraorthodoxe new-yorkaise. Seul le très consensuel Gifted de Marc Webb, auréolé du Prix du public, fait figure d'anomalie au palmarès d'une édition de très bonne tenue où s'est encore distingué, dans la section "Les Docs de l'Oncle Sam", le titanesque road-movie documentaire de Jean-Baptiste Thoret consacré au déclin de la contre-culture et à la fin des utopies US des années 60/70: We Blew It. N.C.