Né à Indianapolis en 1943, David Haxton appartient à l'avant-garde artistique américaine qui a marqué les années 60 et 70 en s'exposant à la galerie Sonnabend de New York -on lui associe généralement les figures de Vito Acconci, John Baldessari et David Shulm...

Né à Indianapolis en 1943, David Haxton appartient à l'avant-garde artistique américaine qui a marqué les années 60 et 70 en s'exposant à la galerie Sonnabend de New York -on lui associe généralement les figures de Vito Acconci, John Baldessari et David Shulman. Alors que son travail est remarquablement exposé en ce moment au KANAL-Centre Pompidou, il n'est pas inutile de faire un détour par le site de l'intéressé qui nous en apprend davantage sur une oeuvre passionnante mêlant arts visuels, performance et cinéma. D'entrée de jeu, on se rue sur l'onglet "Films" qui détaille le processus des oeuvres montrées dans le cadre du nouveau temple bruxellois. Un PDF à télécharger raconte tout -en anglais- par le détail, il s'attarde sur cette tentative de montrer la reconstruction d'un espace, celui de l'oeuvre performée, à l'intérieur d'un autre, le cinéma. On comprend pourquoi, en 1975, le réalisateur Jonas Mekas a pu déclarer à The Village Voice que les vidéos de Haxton consistaient en " l'exploration la plus inventive des possibilités du négatif-positif et des illusions les plus intéressantes en matière de films". Impossible de s'en aller sans avoir jeté un coup d'oeil exhaustif sur les photographies et les clichés Polaroid de cet artiste à l'oeuvre stimulante.