C'est déjà en Allemagne qu'avait eu lieu la première "drive-in rave" au monde. La semaine dernière, c'est du côté de Münster que s'est déroulé ce qui ressemble bien à la première vraie soirée post-confinement. Depuis la mi-mars, comme ailleurs en Europe, les clubs ...

C'est déjà en Allemagne qu'avait eu lieu la première "drive-in rave" au monde. La semaine dernière, c'est du côté de Münster que s'est déroulé ce qui ressemble bien à la première vraie soirée post-confinement. Depuis la mi-mars, comme ailleurs en Europe, les clubs allemands ont dû fermer leurs portes jusqu'à nouvel ordre. Le 21 mai, pourtant, le Coconut Beach a pu organiser une soirée en extérieur, avec notamment Gerd Janson en tête d'affiche. La tenue de l'événement a été évidemment soumise à de strictes conditions. Notamment le respect du principe de distanciation sociale, qui a nécessité des marquages au sol et une jauge limitée: seule une centaine de danseurs a été admise sur les 2 000 que compte habituellement le lieu. Le prix de l'entrée s'en est ressenti: 70 euros, pas moins (dont 20 de boissons et bouffe). Malgré les plaintes de beaucoup d'amateurs, cela n'a pas empêché les tickets de s'écouler en moins d'un quart d'heure. Par ailleurs, les organisateurs affirment avoir surtout voulu donner un "signe de vie", et n'avoir engrangé aucun bénéfice de l'opération. Gerd Janson lui-même a expliqué avoir diminué de 80% le prix de son cachet pour que la soirée puisse avoir lieu. Preuve, par l'absurde, que la réouverture des clubs, même à certaines conditions, n'est probablement pas pour tout de suite...