David Cronenberg

Du Miroir d'Andreï Tarkovski au Bonheur d'Agnès Varda en passant par The Piano de Jane Campion, l'été s'annonce fertile en repri...

Du Miroir d'Andreï Tarkovski au Bonheur d'Agnès Varda en passant par The Piano de Jane Campion, l'été s'annonce fertile en reprises de première ordre. Parmi celles-là, un événement: la ressortie, en version restaurée, du sulfureux Crash, adapté en 1996 par David Cronenberg de J.G. Ballard. Un couple dont la vie sexuelle s'essouffle s'y met en quête d'expériences nouvelles, trouvant bientôt dans des accidents de voiture le moyen de pimenter leur relation. Une passion déviante et fétichiste orchestrée par le cinéaste canadien en une collision glacée de sexe et de mort, en quelque ballet mécanique à l'érotisme trouble.