Chéri Samba peintre

Samba wa Mbimba N'zingo Nuni Masi Ndo Mbasi a beau avoir le nom à rallonge des footballeurs brésiliens et le "Samba" qui va avec, il n'a rien d'un pousseur de ballon. C'est avec le pinceau que cet artiste engagé, autodidacte et parfois autocentré s'exprime. Originaire du Bas-Congo, il développe un style figuratif plutôt naïf, mâtiné de phylactères aux messages incisifs.
...

Samba wa Mbimba N'zingo Nuni Masi Ndo Mbasi a beau avoir le nom à rallonge des footballeurs brésiliens et le "Samba" qui va avec, il n'a rien d'un pousseur de ballon. C'est avec le pinceau que cet artiste engagé, autodidacte et parfois autocentré s'exprime. Originaire du Bas-Congo, il développe un style figuratif plutôt naïf, mâtiné de phylactères aux messages incisifs. Mort du sida, semble-t-il, en 1989, François Luambo Makiadi est l'un des plus grands mythes de la musique congolaise: son décès donna d'ailleurs lieu à 4 jours de deuil national. Considéré comme le précurseur de la musique congolaise moderne, il fut, avec son fameux orchestre TP OK Jazz (Tout Puissant Orchestre Kinois), l'un des instigateurs majeurs de la rumba congolaise, du bouché ou du sébéné. On connaît de Papa Wemba la place qu'il occupe dans la World Music actuelle, on sait aussi qu'il eut maille à partir avec la justice en 2003. Ce qu'on ignore souvent, en revanche, c'est que cet amateur de musique anglo-saxonne débuta sa carrière sous le pseudo de... Jules Presley. Musicien majeur de l'histoire africaine, il a collaboré avec les plus grands, Peter Gabriel en tête. Il faut se balader sur son site Internet (www.tshibanda.be) pour trouver confirmation de ce que l'on savait déjà: le psychologue, conteur et écrivain Pie Tschibanda est définitivement quelqu'un d'attachant. L'auteur d'Un fou noir au pays des blancs et de Je ne suis pas sorcier nous y donne en effet un itinéraire détaillé vers sa maison, où l'on peut rencontrer ses enfants: sur le site, les mioches eux-mêmes présentent d'ailleurs la carrière de leur papa. Né d'un père wallon et d'une mère congolaise, Marie Daulne est sans conteste l'une des voix les plus incroyables issues de ce métissage, et l'une des figures les plus marquantes de la musique afro-européenne. Depuis le milieu des années 90, Marie s'est coupée de ses acolytes pour porter en solo et développer aux Etats-Unis le projet Zap Mama, qu'elle avait créé au début des années 90. Probablement le plus célèbre chorégraphe africain de sa génération, Faustin Linyekula est retourné vivre dans sa ville natale, à Kisangani, où il a fondé les Studios Kabaka. Récemment, son spectacle More more more... future a fait mouche au Kun-stenfestivaldesarts, en déversant une sorte de punk contestataire bien dans la lignée de ses idées. Contrairement au rappeur éponyme, Sammy Baloji ne fait pas dans le hip hop engagé mais dans la mémoire. Ses collages photographiques, mêlant passé et futur, donnent à ce jeune artiste né en 1978 l'opportunité de se pencher sur le passé industriel et colonial de Lumumbashi. Il a également réalisé avec Faustin Linyekula le film Mémoires. Installé pour de bon dans nos plates contrées depuis 1993, ce brillant écrivain a commencé sa carrière en dénonçant le régime mobutiste, alors déclinant, dans le parabolique Pourquoi le lion n'est plus le roi des animaux. En 2008, il publiait chez Actes Sud Mathématiques congolaises, qui lui valut dans la foulée le Prix Jean Muno, en Communauté française. Originaire de Kisangani, ce dessinateur né en 1959 s'en alla, 27 ans plus tard, parfaire son apprentissage du dessin aux Studios Hergé, avec Bob De Moor. L'enseignement de la ligne claire l'aida sensiblement à trouver un style qu'il mit en pratique dans les séries Eva K. et Mandrill, toutes 2 scénarisées par Frank Giroud. Soliste prodige pas encore sorti de l'adolescence, Roger Landu puise de son satongué, bricolé avec une boîte de conserve et une corde, des sons incroyables. Une force créative mise au service de son groupe, le Staff Benda Bilili, composé d'handicapés vivant dans la rues et dont l'album Très très fort n'est vraiment pas passé inaperçu, notamment auprès de Damon Albarn. Texte guy verstraeten