Jeune apprenti cinéaste venant d'essuyer deux échecs commerciaux retentissants, c'est un certain Robert Zemeckis qui est à l'origine engagé pour réaliser Cocoon au mitan des années 80. Mais après plusieurs mois passés à bosser sur le développement du film, il est viré sans ménagement par la Fox, qui voit en lui un véritable poissard du box-office -il s'en ira de son côté, avec la réussite...

Jeune apprenti cinéaste venant d'essuyer deux échecs commerciaux retentissants, c'est un certain Robert Zemeckis qui est à l'origine engagé pour réaliser Cocoon au mitan des années 80. Mais après plusieurs mois passés à bosser sur le développement du film, il est viré sans ménagement par la Fox, qui voit en lui un véritable poissard du box-office -il s'en ira de son côté, avec la réussite que l'on sait, lancer la franchise Back to the Future... Auréolé pour sa part du succès de Splash, c'est finalement Ron Howard, alors âgé de 31 ans seulement, qui s'y colle. Avec ses personnages très ordinaires -littéralement- plongés dans une situation étrange, la recette de Cocoon n'est pas sans rappeler celle appliquée par The Twilight Zone en télé au début des années 60. Mais le film vibre aussi et surtout de l'esprit typique du versant le plus bienveillant de la science-fiction des années 80 -de E.T. à Abyss, en gros, des oeuvres positives situant leurs enjeux aux antipodes de ceux, sales et très méchants, d'un Alien ou d'un The Thing, par exemple. Dépourvu de réels antagonistes, Cocoon se penche avec humour et tendresse sur quelques pensionnaires d'une maison de retraite en Floride retrouvant l'énergie de leurs 20 ans après s'être baignés dans une piscine privée au fond de laquelle reposent des cocons extraterrestres aux pouvoirs magiques. Soit le mythe de la fontaine de jouvence revisité avec intelligence et savoir-faire, sans jamais forcer le trait sur la truculence d'un troisième âge vigoureux façon Les Vieux Fourneaux. Carton populaire qui appellera une suite en 1988, Cocoon se (re)découvre pour la première fois en Blu-ray dans un master haute définition qui envoie du bois, augmenté de suppléments conséquents -dont un portrait du réalisateur et un décryptage des effets spéciaux, justement récompensés d'un Oscar.