Baron du Septième art, parrain, dernier nabab: ces quelques surnoms donnent la mesure de l'impact considérable qu'a eu Claude Berri sur le cinéma français. Né sous une bonne étoile -passage du Désir, à Paris, cela ne s'invente pas-, Claude Langmann (bientôt rebaptisé Berri) tâte d'abord des planches, avant d'apparaître à l'écran, dans des seconds rôles, chez Becker et Autant-Lara notamment. Le succès se fait quelque peu prier, si bien que le jeune homme ne tarde pas à doubler son profil d'acteur de celui de réalisateur, et obtient la reconnaissance dès son premier court métra...