Qu'une aventure du cow-boy le plus célèbre de la bande dessinée ait été confiée à l'auteur allemand Ralf König, chroniqueur des tribulations du couple libre Conrad et Paul, aurait pu faire peur aux traditionalistes de la bande dessinée franco-belge. Qu'ils se rassurent, ...

Qu'une aventure du cow-boy le plus célèbre de la bande dessinée ait été confiée à l'auteur allemand Ralf König, chroniqueur des tribulations du couple libre Conrad et Paul, aurait pu faire peur aux traditionalistes de la bande dessinée franco-belge. Qu'ils se rassurent, l'auteur n'a pas touché à un poil de cul de leur héros. Mais la figure du cow-boy occupant une place importante dans l'imaginaire érotique gay -voir le groupe disco Village People-, l'Allemand réussit son hommage en jouant sur plusieurs tableaux. Il nous propose une aventure de Lucky Luke dans la lignée de celles de Morris. Le cow-boy se voit confier la garde d'un troupeau de vaches suisses par un chocolatier voulant développer son business aux States. Il sera aidé dans sa tâche par Bud, avec qui personne ne veut travailler car c'est une " salopette". Cela ne pose aucun problème à l'humaniste qu'est Lucky Luke. König joue admirablement bien avec le mythe que représente Lucky Luke dans ses propres aventures et dans le monde de la BD, tout en inscrivant son récit dans ce que lui-même fait de mieux: une histoire de couple gay, avec des barbus poilus ou à la peau laiteuse, amateurs de cuisine française, de bagarre et de parties de jambes en l'air du côté de " Barbaque Mountain". L'hommage le plus drôle et réussi de la série