"Rest"

Une seule fois, Charlotte Gainsbourg se laisse aller à un jeu de mots. Il s'agit du titre même de son quatrième album. En anglais, le mot "Rest" invoque le repos pour les morts. Alors que ce sont surtout ceux qui... restent qui ont besoin d'être apaisés. ...

Une seule fois, Charlotte Gainsbourg se laisse aller à un jeu de mots. Il s'agit du titre même de son quatrième album. En anglais, le mot "Rest" invoque le repos pour les morts. Alors que ce sont surtout ceux qui... restent qui ont besoin d'être apaisés. Pour ce faire, Gainsbourg monte au front, en ne fuyant pas la peine, mais en la prenant à bras-le-corps. En 1986, son père lui faisait chanter Don't Forget to Forget Me. Aujourd'hui, Charlotte se rebelle: "Reste avec moi, s'il te plaît/Ne me laisse pas t'oublier." Ce morceau, Rest, a été produit et coréalisé par Guy-Manuel de Homem-Christo, la moitié de Daft Punk. Paul McCartney est l'autre invité prestigieux (Songbird in a Cage) d'un disque dont Gainsbourg garde pourtant en permanence le contrôle. Épaulée par SebastiAn, elle y oscille entre dissidences électroniques et tensions lyriques, capable d'émouvoir avec des mots crus, mais aussi de faire danser au cimetière (Les Oxalis), ou de citer la poétesse Sylvia Plath (Sylvia Says, allusion au destin brisé de sa soeur Kate), sans s'excuser d'être la fille de son père (son influence un peu partout). Pour la première fois, Charlotte Gainsbourg ose l'impudeur qu'elle réservait jusqu'ici à son activité de comédienne. Et c'est soufflant.