Sortir des bois pour renifler les vestiaires du foot business, c'est la bonne idée de départ de Champion. Mourade Zeguendi ( Les Barons) y incarne avec gourmandise Souli Romeyda, "el Magnifico", star mondiale du foot, carrière fulgurante, belle maison, belles voitures...

Sortir des bois pour renifler les vestiaires du foot business, c'est la bonne idée de départ de Champion. Mourade Zeguendi ( Les Barons) y incarne avec gourmandise Souli Romeyda, "el Magnifico", star mondiale du foot, carrière fulgurante, belle maison, belles voitures, belle WAG. Insolent de talent et de caractère, l'étoile se fait filante puis déchue. Un vilain tacle, un tempérament tempétueux, un entourage professionnel malveillant et la mécanique infernale se met en marche, les évènements et les mauvais choix s'enchainent qui vont rejeter Souli dans les ennuis judiciaires, la loose, et les travaux d'intérêt général en D3. Champion est le récit inégal, potache, franchement drôle quand il réussit ses gags, de cette chute et des tentatives foireuses de remonter la pente. En jonglant avec l'humour slapstick, la dépiction sincère d'individus broyés, les thèmes de société (l'homosexualité dans le sport, la paternité, le pouvoir de l'image...) et une satire qui peut virer dans le barge ou le caricatural, l'histoire perd un peu de cohérence même si les personnages secondaires (Joffrey Verbruggen, Lygie Duvivier) montrent un beau potentiel de progression.