L'art contemporain est souvent le grand absent de l'open data, question de droits d'auteur oblige. Sous la pression de la crise du Covid-19, le musée turinois Castello di Rivoli s'est embarqué dans un fascinant projet de part...

L'art contemporain est souvent le grand absent de l'open data, question de droits d'auteur oblige. Sous la pression de la crise du Covid-19, le musée turinois Castello di Rivoli s'est embarqué dans un fascinant projet de partage de ses collections actuelles. Nom de code? Cosmo Digitale. L'initiative vaut le détour en ce qu'elle reprend, entre autres, une série de vidéos, assez émouvantes, de Giuseppe Penone, figure marquante de l'arte povera. Mention spéciale pour cette séquence à la simplicité désarmante dans laquelle l'artiste organise la rencontre entre l'une de ses oeuvres et l'hélice d'un frêne, grand classique de la fascination enfantine. Le site compile également des artist talks très denses, notamment une conférence d'Hito Steyerl, dont la réputation de papesse de la création n'est plus à faire. Le regret? Ne pas pouvoir profiter d'une longue séquence dans laquelle la directrice du musée commente en italien la portée de l'oeuvre la plus significative de la collection: le cheval suspendu par Maurizio Cattelan sous une des voûtes du remarquable château de la Maison de Savoie.