Une vie infusée à l'adrénaline. Si cette expression a un sens, elle n'en aura jamais eu autant qu'accolée au destin de Warren Bolster (Washington, 1947-Hawaï, 2006). À tel point qu'on pourrait s'étonner que la sentence ne figure pas sur la pierre tombale de l'intéressé. Bolster a passé son existence au sommet de la vague. Suivre les embruns et l'écume toujours... il n'a fait que ça, comme en témoigne son décès à Hawaï, terre consacrée de la planche. Fils d'un diplomate, il a eu la révélation de la glisse en Australie. Doué pour la pratique, il s'est également mis en tête de restituer par tous les moyens l'incroyable photogénie de cette discipline. Il a pris tous les risques pour immortaliser "what's going on in the water". On lui doit de nombreuses innovations, de nouveaux angles de vue. Wikipédia rappelle à propos que l'Américain fut l'un des premiers à utiliser un objectif fisheye. Il s'est aussi essayé à attacher des appareils à même les planches, façon d'embarquer l'oeil au coeur de l'action. Mais il est également connu pour ses prises de vue aériennes permettant d'envisager la pratique d'une autre manière. C'est flagrant ici où Bolster nous donne à voir les coulisses de la discipline. Certes surf rime avec aventure en solitaire, défi personnel, mais c'est également un phénomène de mode qui s'enseigne, se singe et se partage à la faveur de cours où il n'est pas rare de se marcher sur les pieds. La lettre ou l'esprit? À chacun de choisir en son âme et conscience.