"On doit détricoter 44 années de relation. On ne quitte pas un club de gym. On ne résilie pas son abonnement téléphonique. On se retire de l'Union européenne après des milliers de textes, de lois et de traités internationaux qu'on a élaborés ensemble." Michel Barnier a le sens de la formule. Ancien ministre de Fillon, Raffarin, Juppé et Balladur, Barnier est le négociateur européen du Brexit, tâche on ne peut plus périlleuse. Le politicien français a été chargé de conduire le plus grand divorce de l'Histoire, d'organiser avec Theresa May le retrait ordonné du Royaume-Uni tout en évitant l'effet de contagion alors que de plus en plus d'Européens s'opposent sur le sujet des migrations ou encore de la transition énergétique.

Bruxelles n'est pas l'Europe mais toute l'Europe est à Bruxelles. "Généralement en costard-cravate et en trottinette électrique", sourit Alain de Halleux, le réalisateur de The Clock Is Ticking. Il l'avoue d'emblée dans son documentaire: s'il avait dû se prononcer sur le maintien ou non dans l'Union européenne, il aurait voté Leave. "Ne fût-ce que pour dire: hé, là-haut, il serait peut-être temps de nous écouter..."

Pendant un an et demi, de juin 2017 à janvier 2019, le réalisateur belge diplômé en science nucléaire a suivi Barnier (entouré par une dream team des missions délicates) dans ses interminables tractations. Entrecoupé par des interviews de Donald Tusk, Guy Verhofstadt, Yánis Vároufakis, Tony Blair ou encore Herman Van Rompuy, le Français se dévoile et laisse entrevoir toute la complexité de la géopolitique et des relations internationales.

Alors que la date butoir du Brexit vient à nouveau d'être repoussée et que la perspective du No Deal fait trembler des deux côtés de la Manche, The Clock Is Ticking (L'Horloge tourne) revient de manière particulièrement claire et didactique sur un divorce compliqué. Ce qui nous y a menés et ce qui le rend si épineux.

Documentaire d'Alain de Halleux.

8