Du 17 au 19/03

Aux États-Unis, l'initiative date du début des années 70: avec le Black History Month, il s'agissait d'éclairer une partie largement négligée de l'Histoire américaine, celle de la contribution des Noirs. Consacré par le Président Ford en 1976, le BHM est devenu aujourd'hui un événement incontournable dans la ...

Aux États-Unis, l'initiative date du début des années 70: avec le Black History Month, il s'agissait d'éclairer une partie largement négligée de l'Histoire américaine, celle de la contribution des Noirs. Consacré par le Président Ford en 1976, le BHM est devenu aujourd'hui un événement incontournable dans la communauté afro-américaine, et au-delà. Ces dernières années, le mouvement a d'ailleurs essaimé. Notamment en Belgique. En 2017, de jeunes Anversois d'origine africaine ont ainsi lancé la première édition du "Mois de l'histoire des Noirs en Belgique", avec des débats, conférences, expos, etc. Depuis, ce focus a eu tendance à prendre toujours plus d'ampleur. Au point de voir par exemple des institutions comme l'Ancienne Belgique prendre part cette année à l'événement, organisé pendant tout le mois de mars. La salle flamande bruxelloise a prévu au moins deux débats -sous la forme d'un épisode du podcast maison Guestlist (déjà disponible, mais uniquement en néerlandais), ainsi que d'une discussion en livestreaming diffusée ce jeudi 11 mars (sur le thème What (is) black music?). Ce n'est pas tout. Toujours fermée au public pour cause de Covid, l'AB proposera également une série de concerts diffusés en livestreaming, du 17 au 19 mars. Avec notamment Badi, le rappeur "belgicain", auteur de l'excellent Trouble-Fête, sorti l'an dernier; Ikraaan, chanteuse r'n'b-soul en néerlandais dans le texte; ou encore la flûtiste Esinam, adepte de mélanges électro-jazz toujours aventureux. Black is (diverse and) beautiful...