Quelle autre série télé aujourd'hui pour tutoyer les mêmes sommets d'écriture que le spin-off/prequel de Breaking Bad? Aucune, sans doute. On a beau désormais être fa...

Quelle autre série télé aujourd'hui pour tutoyer les mêmes sommets d'écriture que le spin-off/prequel de Breaking Bad? Aucune, sans doute. On a beau désormais être familier avec le degré d'excellence de la paire créative Gilligan-Gould, rien, ou presque, ne nous préparait à l'énorme claque assénée par les quatre derniers épisodes de la nouvelle saison de Better Call Saul. Jouant plus que jamais de ressorts juridiques inattendus et des failles d'un système condamnant sinon l'attachant marginal Jimmy McGill à vivoter dans l'ombre des "vrais" cadors du barreau, le duo y échafaude un vertigineux crescendo narratif culminant dans une dernière séquence qui laisse bouche bée. " It's all good, man."