Quatre décennies après le grand Rainer Werner Fassbinder, le réalisateur germano-afghan Burhan Qurbani s'attaque au roman monstre d'Alfred Döblin, cruelle desce...

Quatre décennies après le grand Rainer Werner Fassbinder, le réalisateur germano-afghan Burhan Qurbani s'attaque au roman monstre d'Alfred Döblin, cruelle descente aux enfers dans les bas-fonds de la capitale allemande qu'il "modernise" à grand renfort de barbouillages fluo, de musique écrasante et de plans-chocs filmés de traviole pour faire genre. En résulte un gros soufflé tout vide, interminable fable morale, complaisante à souhait, où le cabotinage est roi et l'emphase souveraine. Du cinéma tape-à-l'oeil, bête et vulgaire, insupportable de prétention auteuriste, éclairé comme un mauvais club berlinois et radotant misérablement sur la vie. Passez votre chemin, il n'y a rien à voir ici.