Elles seraient, aujourd'hui, plus de 165 000 employées dans le secteur des titres-services. "Femmes de ménage" comme les nomme l'expression encore trop souvent utilisée. Derrière celles qu'on ne voit jamais, ou trop peu, car elles finissent le travail quand nous le commençons, derrière celles qui l'effectuent alors que le nôtre nous absorbe ou nous a éloignés du domicile, il y a des vies, des trajectoires, des émotions, de la chair -l'évidence de cette phrase à quelque chose de ridicule, c'est dire si leur invisibilité est criante. Gaëlle Hardy et Agnès Lejeune donnent voix à ces femmes au cours de ce documentaire choral de facture sincère quoiqu'un peu trop académique. Rosalie, Christel, Laurence et les autres, toutes poignantes, sont les héroïnes du quotidien et de ce film qui met en lumière un métier dont personne ne voudrait mais dont tout le monde prétend qu'il ne requière aucune compétence, et dont la seule vertu est de servir de bouée aux accidentées de la vie. Leur dignité et leur art sont la meilleure réponse à ces clichés honteux et à l'indifférence.

Documentaire de Gaëlle Hardy et Agnès Lejeune.

6